Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis Agrandir l'image

Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis

Samson Giorgis est un jeune éthiopien qui rentre au pays après dix ans d’exil en France.

Il emprunte le chemin de fer, un train mythique, plus que centenaire, le Djibouto-Éthiopien, pour parcourir les 874 kilomètres qui séparent la ville de Djibouti d’Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Tout le long du voyage, nous sommes amenés à découvrir que ce train est en fait un lieu d’échange, de commerce, investis par les tchartcharis, des femmes contrebandières, mais aussi un lieu de vie où l’on joue des  jeux pour passer le temps (2 jours de trajet). 

Le sujet favori qui revient dans tous les propos des protagonistes est bien entendu la voie ferrée et ses mille avatars.

Chacun y va de sa petite histoire, chacun entretien le mythe à sa manière.

Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.

Programme de fidélité - Votre panier totalisera 2 points fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 1,00 €.


20,00 €

Participation forfaitaire unique aux frais d'expédition de 3 € (6 € pour l'étranger) quel que soit le nombre d'articles. Envoi en courrier suivi. Livraison sous 2 à 4 jours.

Fiche technique Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis
Auteur Antoine Cuche
Pays Ethiopie Ethiopie
Année 2014
Durée (minutes) 52
Avis Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis
Noter / écrire un commentaire
Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis

Le Djibouto-Éthiopien, histoires d’un retour de Antoine Cuche et Samson Giorgis

Samson Giorgis est un jeune éthiopien qui rentre au pays après dix ans d’exil en France.

Il emprunte le chemin de fer, un train mythique, plus que centenaire, le Djibouto-Éthiopien, pour parcourir les 874 kilomètres qui séparent la ville de Djibouti d’Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Tout le long du voyage, nous sommes amenés à découvrir que ce train est en fait un lieu d’échange, de commerce, investis par les tchartcharis, des femmes contrebandières, mais aussi un lieu de vie où l’on joue des  jeux pour passer le temps (2 jours de trajet). 

Le sujet favori qui revient dans tous les propos des protagonistes est bien entendu la voie ferrée et ses mille avatars.

Chacun y va de sa petite histoire, chacun entretien le mythe à sa manière.

Noter / écrire un commentaire