Prix réduit ! De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique Agrandir l'image

De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique

Vous trouverez ici le fruit d'un travail passionné de deux années qui a rassemblé un collectif de femmes et d'hommes dans l'unique but de participer à la réhabilitation d'une histoire raturée, gommée : l'histoire de l'esclavage transatlantique, qui a bien duré quatre siècles et brisé des millions de vies  !

Comme le dit Lydie Ho-Fong-Choy Choucoutou, professeur de lettres, « il ne s'agira nullement de réveiller les démons du passé, comme le pensent certains, mais de restituer des repères historiques à des populations dépourvues de mémoire. Il s'agira surtout de s'approprier une histoire qui constitue l'acte fondateur des sociétés guyanaises mais aussi antillaises et réunionnaises ... »

Selon Michaella Perina, philosophe, « c'est de mémoire collective qu'il s'agit, et il importe que l'humanité tout entière garde en mémoire ce que l'homme a été capable de faire de pire à son semblable, ainsi que les multiples formes de légitimation qu'il a été capable de fournir, d'inventer... »

Aux côtés de l’écrivain Patrick Chamoiseau, qui sonde les profondeurs de la mémoire obscure et de la mémoire consciente, Dany Bébel-Gisler, ethnologue et linguiste, nous propose de reconstruire le lien brisé. Alors que l’écrivain Édouard Glissant, dans une déclaration solennelle, inter­ pelle sur le poids de la traite et de l'esclavage, Emmanuel Jos, juriste, qualifie le crime et argumente la réparation. Howard Dodson, directeur d'un centre de recherche sur les cultures du monde noir, à partir de travaux de recherche d'économistes américains en évalue le prix.

Enfin, Aldiouma Cissokho, militant pour les droits de l'homme, nous restitue une réalité contemporaine : l'esclavage existe encore en tant qu'institution en Mauritanie.

Ainsi, plus de vingt auteurs, par des analyses croisées, témoignent de nos complexités, de  nos ambiguïtés, de nos richesses ... Le Comité Devoir de mémoire, lui, en vous invitant au débat, garde le fervent espoir d'un large soutien de la communauté noire, pour une reconnaissance de l’esclavage afro-américain comme crime contre l 'humanité, par l'ensemble des nations du monde, ouvrant ainsi la voie à des réparations nécessaires.

Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.

Plus de détails

Programme de fidélité - Votre panier totalisera 2 points fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 1,00 €.


22,80 €

-5%

24,00 €

Participation forfaitaire unique aux frais d'expédition de 3 € (6 € pour l'étranger) quel que soit le nombre d'articles. Envoi en courrier suivi. Livraison sous 2 à 4 jours.

Fiche technique De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique
Auteur Comité Devoir de mémoire de Martinique
Editeur Karthala
Année 2017
Pages 248
En savoir plus De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique

Historien-archéologue, enseignant et homme d’Etat, Alpha Oumar Konaré est un militant politique à la croisée de plusieurs chemins.

Premier président de la IIIe République du Mali, de 1992 à 2002, puis Président de la Commission de l'Union africaine de 2003 à 2008, Alpha Oumar Konaré est l’initiateur du Mouvement pour les Etats-Unis d'Afrique (Afrika).

Avis De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique
Noter / écrire un commentaire
De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique

De l'esclavage aux réparations du Comité Devoir de mémoire de Martinique

Vous trouverez ici le fruit d'un travail passionné de deux années qui a rassemblé un collectif de femmes et d'hommes dans l'unique but de participer à la réhabilitation d'une histoire raturée, gommée : l'histoire de l'esclavage transatlantique, qui a bien duré quatre siècles et brisé des millions de vies  !

Comme le dit Lydie Ho-Fong-Choy Choucoutou, professeur de lettres, « il ne s'agira nullement de réveiller les démons du passé, comme le pensent certains, mais de restituer des repères historiques à des populations dépourvues de mémoire. Il s'agira surtout de s'approprier une histoire qui constitue l'acte fondateur des sociétés guyanaises mais aussi antillaises et réunionnaises ... »

Selon Michaella Perina, philosophe, « c'est de mémoire collective qu'il s'agit, et il importe que l'humanité tout entière garde en mémoire ce que l'homme a été capable de faire de pire à son semblable, ainsi que les multiples formes de légitimation qu'il a été capable de fournir, d'inventer... »

Aux côtés de l’écrivain Patrick Chamoiseau, qui sonde les profondeurs de la mémoire obscure et de la mémoire consciente, Dany Bébel-Gisler, ethnologue et linguiste, nous propose de reconstruire le lien brisé. Alors que l’écrivain Édouard Glissant, dans une déclaration solennelle, inter­ pelle sur le poids de la traite et de l'esclavage, Emmanuel Jos, juriste, qualifie le crime et argumente la réparation. Howard Dodson, directeur d'un centre de recherche sur les cultures du monde noir, à partir de travaux de recherche d'économistes américains en évalue le prix.

Enfin, Aldiouma Cissokho, militant pour les droits de l'homme, nous restitue une réalité contemporaine : l'esclavage existe encore en tant qu'institution en Mauritanie.

Ainsi, plus de vingt auteurs, par des analyses croisées, témoignent de nos complexités, de  nos ambiguïtés, de nos richesses ... Le Comité Devoir de mémoire, lui, en vous invitant au débat, garde le fervent espoir d'un large soutien de la communauté noire, pour une reconnaissance de l’esclavage afro-américain comme crime contre l 'humanité, par l'ensemble des nations du monde, ouvrant ainsi la voie à des réparations nécessaires.

Noter / écrire un commentaire