Prix réduit ! Un reptile par habitant de Théo Ananissoh
Partager cet article

Un reptile par habitant de Théo Ananissoh

Théo Ananissoh   Gallimard / Continents noirs  

La violence comme moyen politique ou moral. Une écriture concise et calme. Un admirable suspense serti d'érotisme.

«"Que faire alors ? – Raisonner dans les termes qu'impose la situation : faire semblant, et l'enterrer. – Pardon ? – Quelqu'un fait semblant de mourir ; vous faites semblant de l'enterrer." 

Narcisse tourna la tête vers le corps de Katouka. Le sous-préfet écrasa un sourire. 

"Aucune crainte, il est bien mort. Je voulais dire que nous devons jouer le même jeu que son meurtrier : faire disparaître le corps et la voiture avant demain matin."» 

Narcisse n'aurait vraiment pas dû accourir chez Édith, après l'appel au secours de celle-ci. Il n'aurait pas vu alors sur le carreau du salon le corps de Katouka, et compris qu'il avait partagé la maîtresse d'un homme qui était comme le vice-président du pays.

Et, bien sûr, il ne se serait pas trouvé ainsi pris dans l'engrenage d'une disparition forcément suspecte et même menaçante... 

Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.

Plus de détails

Programme de fidélité - Votre panier totalisera 1 point fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 0,50 €.


11,49 €

-5%

12,10 €

Participation forfaitaire unique aux frais d'expédition de 3 € (9 € pour l'étranger) quel que soit le nombre d'articles. Envoi en courrier suivi. Livraison sous 2 à 4 jours.


Cadeau
En savoir plus Un reptile par habitant de Théo Ananissoh

Né en Centrafrique, de parents togolais, Théo Ananissoh est venu au Togo à l’âge de 12 ans, puis en France pour suivre des études de lettres à La Sorbonne à Paris. 

Tout d’abord enseignant à l’université de Cologne en Allemagne, il vit désormais à Düsseldorf, où il partage son temps entre l’enseignement et l’écriture.

Avis Un reptile par habitant de Théo Ananissoh
Noter / écrire un commentaire
Un reptile par habitant de Théo Ananissoh

Un reptile par habitant de Théo Ananissoh

La violence comme moyen politique ou moral. Une écriture concise et calme. Un admirable suspense serti d'érotisme.

«"Que faire alors ? – Raisonner dans les termes qu'impose la situation : faire semblant, et l'enterrer. – Pardon ? – Quelqu'un fait semblant de mourir ; vous faites semblant de l'enterrer." 

Narcisse tourna la tête vers le corps de Katouka. Le sous-préfet écrasa un sourire. 

"Aucune crainte, il est bien mort. Je voulais dire que nous devons jouer le même jeu que son meurtrier : faire disparaître le corps et la voiture avant demain matin."» 

Narcisse n'aurait vraiment pas dû accourir chez Édith, après l'appel au secours de celle-ci. Il n'aurait pas vu alors sur le carreau du salon le corps de Katouka, et compris qu'il avait partagé la maîtresse d'un homme qui était comme le vice-président du pays.

Et, bien sûr, il ne se serait pas trouvé ainsi pris dans l'engrenage d'une disparition forcément suspecte et même menaçante... 

Noter / écrire un commentaire
2 autres oeuvres Théo Ananissoh