A l'enseigne de la petite vache où l'avenir de l'Empire colonial se jouait dans un café de Henri Malo

Henri Malo   Elytis   2013   176 pages  

Un beau jour de ce milieu du XIXe siècle, une Belge, Mlle de Genève, fonda dans l'étroite rue Mazarine, à Paris, une crèmerie-café-restaurant qui devait prendre pour enseigne : la Petite Vache. Non loin de la Société de Géographie, elle devint le rendez-vous des explorateurs et des géographes du monde entier qui la préféraient aux salons luxueux et aux restaurants à la mode.

Pourquoi ces modernes conquistadors se rassemblaient-ils dans l'arrière-salle étouffée et minuscule de cette gargote ?

Ils s'y retrouvaient entre eux, sans gène, sans contraintes, côtoyant d'autres scientifiques, des écrivains ou des artistes qui les charmaient et les distrayaient, discutant de ces vastes projets où l'avenir de la France et de son empire colonial étaient en jeu.

Ils se replongeaient avec joie dans la société et dans une atmosphère intellectuelle qui leur faisait défaut, lorsqu'ils tutoyaient les régions hostiles, dans la solitude de la brousse africaine ou les jungles des tropiques.

Savorgnan de Brazza ou Dutreuil de Rhins furent des habitués de la Petite Vache.

Aussi, comment ne pas croire que c'est précisément à la Petite Vache que sommeillait la grandeur de l'Empire français ?

Comment ne pas penser que c'est dans cette antichambre de l'honorable et prestigieuse Société de Géographie que les destins d'explorateurs se jouaient ?

Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.

Programme de fidélité - Votre panier totalisera 1 point fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 0,50 €.


17,39 €

-5%

18,30 €

Participation forfaitaire unique aux frais d'expédition de 3 € (9 € pour l'étranger) quel que soit le nombre d'articles. Envoi en courrier suivi. Livraison sous 2 à 4 jours.

Avis A l'enseigne de la petite vache où l'avenir de l'Empire colonial se jouait dans un café de Henri Malo
Noter / écrire un commentaire
A l'enseigne de la petite vache où l'avenir de l'Empire colonial se jouait dans un café de Henri Malo

A l'enseigne de la petite vache où l'avenir de l'Empire colonial se jouait dans un café de Henri Malo

Un beau jour de ce milieu du XIXe siècle, une Belge, Mlle de Genève, fonda dans l'étroite rue Mazarine, à Paris, une crèmerie-café-restaurant qui devait prendre pour enseigne : la Petite Vache. Non loin de la Société de Géographie, elle devint le rendez-vous des explorateurs et des géographes du monde entier qui la préféraient aux salons luxueux et aux restaurants à la mode.

Pourquoi ces modernes conquistadors se rassemblaient-ils dans l'arrière-salle étouffée et minuscule de cette gargote ?

Ils s'y retrouvaient entre eux, sans gène, sans contraintes, côtoyant d'autres scientifiques, des écrivains ou des artistes qui les charmaient et les distrayaient, discutant de ces vastes projets où l'avenir de la France et de son empire colonial étaient en jeu.

Ils se replongeaient avec joie dans la société et dans une atmosphère intellectuelle qui leur faisait défaut, lorsqu'ils tutoyaient les régions hostiles, dans la solitude de la brousse africaine ou les jungles des tropiques.

Savorgnan de Brazza ou Dutreuil de Rhins furent des habitués de la Petite Vache.

Aussi, comment ne pas croire que c'est précisément à la Petite Vache que sommeillait la grandeur de l'Empire français ?

Comment ne pas penser que c'est dans cette antichambre de l'honorable et prestigieuse Société de Géographie que les destins d'explorateurs se jouaient ?

Noter / écrire un commentaire