Résistance des vecteurs du paludisme aux insecticides au BURKINA FASO

37,90 €

39,90 €

-5%

Frais d'envoi limités à 4,90 € pour la France métropolitaine quel que soit le nombre d'articles. Délai de livraison : 2 à 5 jours.
Livraison dans le monde entier.

La résistance des vecteurs du paludisme aux insecticides attribuée à leur usage en agriculture n’est pas bien élucidée.

Afin de tester cette hypothèse, la sensibilité d’An.

gambiae s.l.

au DDT, et aux pyréthrinoïdes a été évaluée en 2006 dans 4 zones de cultures de coton et maraichère (Saaba, Nongremasson, Zampa et Boromo).

La sensibilité a été testé sur des femelles d’élevage.

La mortalité a varié de 56 à 92 % pour le DDT, de 98 à 100 % pour la perméthrine et a été de 100 % pour la deltaméthrine.

Les KDT50 et KDT95 les plus long étaient respectivement de 47,52 et de 105,69 min pour le DDT ; de 13,33 et de 38,34 min pour la perméthrine et de 7,32 et 14,82 min pour la deltaméthrine.

Pour An.

arabiensis la fréquence Kdr était de 0,13 et pour la forme moléculaire M d’An.

gambiae s.s.

elle était de 0,69 par rapport 0,18 chez la forme moléculaire S .

La fréquence la plus forte du gène Kdr a été trouvée à Zampa et la plus faible à Boromo.

Dans le complexe An.

gambiae, le gène Kdr était plus fréquent chez An.

gambiae s.s.

En synthèse, la résistance au DDT était présente sur l’ensemble des sites de culture de coton et maraichère et était en cours d’installation pour les pyréthrinoïdes.

Plus de détails

Livraison
Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.
Programme de fidélité
Votre panier totalisera 3 points fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 1,50 €
Avis clients
Soyez le premier à partager votre avis sur ce produit