Prix réduit ! Malamine un africain à Paris
Partager cet article

Malamine, un africain à Paris de Edimo et Mbumbo

Edimo et Mbumbo   Les Enfants Rouges   2009   116 pages  

Une aventure humaine captivante d'un africain, diplômé de la Sorbonne et brancardier à Paris.

Les Camerounais Simon-Pierre Mbumbo et Edimo signent un album original, sur les traces de Malamine qui doit, tel un alchimiste, transformer ses frustrations en espérances.

A l’issue de ses études universitaires, Malamine a tenté sans succès de faire valoir ses diplômes dans son pays, en Afrique. Mais un diplôme de la Sorbonne ne suffit pas à effacer l’origine ethnique : Malamine n’est pas de la « bonne » tribu. On lui fait comprendre qu’il doit repartir.

De retour à Paris, Malamine n’est pas plus à ce qu’il définit comme étant sa « juste » place. Il s’en suit une frustration qui finit par influer sur ses réflexions, ses envies, ses espoirs et sur ses fréquentations.

A Paris, le jeune Africain doit "réussir", pas d’autre alternative : en effet la pression, d’ordre économique ou familial, est extrêmement forte. Mais si d’aventure il ne réussissait pas ? Est-il seulement moral d’échouer alors que la survie d’une partie du clan peut être en jeu ? Le jeune Africain peut-il survivre à la honte de l’échec ? Peut-il prendre le risque d’un désaveu familial ? Impensable… Pourtant, pour un certain nombre, le succès se fera attendre, pour diverses raisons.

Edimo et Mbumbo ont voulu, dans cette bande dessinée, parcourir, de l’Afrique à Paris, un bout du chemin de l’un de ceux qui échouent. Observer comment l’impatience et le désespoir montent, et ce à quoi ils pourraient conduire.

En filigrane ils parlent aussi de la France, qui ignore souvent tout de ceux qu’elle accueille, y compris à Paris, sa capitale : cette ignorance est-elle permise, aujourd’hui, en pleine mondialisation ?

Envoi en courrier suivi.
Livraison sous 2 à 4 jours en France et dans le monde entier.

Plus de détails

Programme de fidélité - Votre panier totalisera 1 point fidélité vous offrant lors de votre prochain achat une réduction de 0,50 €.


14,25 €

-5%

15,00 €

Participation forfaitaire unique aux frais d'expédition de 3 € (9 € pour l'étranger) quel que soit le nombre d'articles. Envoi en courrier suivi. Livraison sous 2 à 4 jours.

En savoir plus Malamine, un africain à Paris de Edimo et Mbumbo

Christophe N. EDIMO existe-t-il ? Difficile à dire… Saint-Christophe n’a jamais existé selon des sources sûres… Et Edimo signifie « fantôme » dans une langue camerounaise. Résultat, une perplexité constante et un état maniaco – dépressif permanent. En phase maniaque, EDIMO sort du centre éducatif fermé où il travaille pour écrire des scénarios de bd qu’il envoie aux juges des enfants, tandis que les éditeurs de bd lisent ses rapports éducatifs…
Parfois le hasard met un peu d’ordre dans tout ça, alors une rencontre avec un dessinateur a lieu, et hop ! paraît une bd. L’espoir d’Edimo est de rencontrer la star Belge de naissance et Française d’adoption qui a chanté « Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir », et de lui poser la question qui l’angoisse : la star parle-t-elle du café abyssal d’Abyssinie, de la profondeur d’une nuit pas câline, ou alors de la vie insondable d’Edimo ? En attendant Edimo va au restaurant déguster son animal préféré, le canard.

Simon Mbumbo, graphiste et infographiste est né au Cameroun. Co-fondateur au Cameroun de l'association MAC BD (Mouvement des Auteurs Camerounais de la BD) et en France de l’association L'Afrique dessinéeEdimo}.
Il découvre "l'ailleurs" pour la première fois en 1998, il a 22 ans, le Festival de la BD Africaine à Libreville l’invite au Gabon, il y rencontre la délégation française dont Yves Poinot (président de l'association organisatrice du festival de BD d'Angoulême). Quelques mois plus tard, celui-ci l'invitera à Angoulême pour lui offrir la possibilité d'étudier et de travailler en France. Il se forme à l'informatique aux Beaux-Arts d’Angoulême.
Commence alors un parcours de 10 ans, avec les bûches et les embûches d'un immigré Africain. Être immigré ! Être Africain ! Être dessinateur ! C'est pas noir, c’est pas Blanc, c’est pas rose non plus ! Après plusieurs collaborations dans l'édition française et italienne, il s'engage en 2008 avec les éditions " Les Enfants Rouges " pour un roman-graphique scénarisé par son compatriote Edimo, 
Malamine, un Africain à Paris .

Avis Malamine, un africain à Paris de Edimo et Mbumbo
Noter / écrire un commentaire
Malamine, un africain à Paris de Edimo et Mbumbo

Malamine, un africain à Paris de Edimo et Mbumbo

Une aventure humaine captivante d'un africain, diplômé de la Sorbonne et brancardier à Paris.

Les Camerounais Simon-Pierre Mbumbo et Edimo signent un album original, sur les traces de Malamine qui doit, tel un alchimiste, transformer ses frustrations en espérances.

A l’issue de ses études universitaires, Malamine a tenté sans succès de faire valoir ses diplômes dans son pays, en Afrique. Mais un diplôme de la Sorbonne ne suffit pas à effacer l’origine ethnique : Malamine n’est pas de la « bonne » tribu. On lui fait comprendre qu’il doit repartir.

De retour à Paris, Malamine n’est pas plus à ce qu’il définit comme étant sa « juste » place. Il s’en suit une frustration qui finit par influer sur ses réflexions, ses envies, ses espoirs et sur ses fréquentations.

A Paris, le jeune Africain doit "réussir", pas d’autre alternative : en effet la pression, d’ordre économique ou familial, est extrêmement forte. Mais si d’aventure il ne réussissait pas ? Est-il seulement moral d’échouer alors que la survie d’une partie du clan peut être en jeu ? Le jeune Africain peut-il survivre à la honte de l’échec ? Peut-il prendre le risque d’un désaveu familial ? Impensable… Pourtant, pour un certain nombre, le succès se fera attendre, pour diverses raisons.

Edimo et Mbumbo ont voulu, dans cette bande dessinée, parcourir, de l’Afrique à Paris, un bout du chemin de l’un de ceux qui échouent. Observer comment l’impatience et le désespoir montent, et ce à quoi ils pourraient conduire.

En filigrane ils parlent aussi de la France, qui ignore souvent tout de ceux qu’elle accueille, y compris à Paris, sa capitale : cette ignorance est-elle permise, aujourd’hui, en pleine mondialisation ?

Noter / écrire un commentaire